Les cadrans de hauteur et d'azimut

Les cadrans de hauteur et d'azimut (6:50)Informations[1]

Nous avons déjà présenté, dans cette séquence, des cadrans solaires dont la conception est basée sur l'angle horaire du Soleil : cadrans équatoriaux, cadrans polaires, cadrans verticaux ou horizontaux à style polaire).

Nous allons nous intéresser maintenant aux cadrans de hauteur et cadrans d'azimut, c'est-à-dire aux cadrans dont la conception est basée sur l'un ou l'autre de ces deux angles qui, nous l'avons vu dans la séquence 2 (Mouvement apparent du soleil), permettent de déterminer précisément, dans la sphère céleste locale, la position du Soleil dans le ciel à tout moment de la journée.

Compte tenu de l'importance de ces angles, il est logique que l'on ait, depuis plusieurs siècles (et même depuis l'Antiquité), conçu et construit des cadrans de hauteur ou d'azimut. Il existe une très grande variété de tels cadrans, au-delà des gnomons, méridiennes, et cadrans analemmatiques, déjà été abordés dans cette séquence, qui sont également des cadrans d'azimut. Il existe, entre autres, ceux dérivés des quadrants antiques (le « navicula », le cadran de Regiomontanus, le cadran capucin), le cadran de berger, l'anneau équinoxial et l'anneau solaire, le cadran araignée, le cadran stéréographique, ainsi que les compas solaires.

La vidéo ci-dessus vous permettra de mieux connaître ces cadrans de hauteur et d'azimut dont certains sont de tracé assez élaboré mais d'autres faciles à réaliser : on vous proposera par exemple dans la séquence 4 de construire un cadran de berger et un compas solaire.

À gauche le « Navicula de Venetiis » exposé au musée Poldi Pezzoli de Milan - À droite « Cadran araignée » dans le Geopark de Kielce en PologneInformations[2]